Share this

Le Conseil mondial de la santé (CMH) célèbre avec le peuple indien la victoire remportée lundi dans la lutte contre les mandats de vaccination. Invoquant « l’intégrité corporelle et l’autonomie personnelle », la Cour suprême de l’Inde a statué que les gens ne peuvent pas être légalement contraints de recevoir les vaccins Covid-19.

Les juges B. R. Gavai et L. Nageswara Rao ont également demandé que les données sur les événements indésirables liés aux injections de Covid-19 soient rendues « accessibles au public ».

Le juge Rao a expliqué:

« En ce qui concerne l’atteinte à l’intégrité corporelle et à l’autonomie personnelle d’un individu considérée à la lumière des vaccins et autres mesures de santé publique introduites pour faire face à la pandémie de Covid-19, nous sommes d’avis que l’intégrité corporelle est protégée par l’article 21 de la Constitution et qu’aucun individu ne peut être forcé à se faire vacciner. En outre, l’autonomie personnelle d’un individu, qui est une facette reconnue des protections garanties par l’article 21, englobe le droit de refuser de subir tout traitement médical dans la sphère de la santé individuelle. »

Le tribunal a également déclaré qu' »aucune donnée » ne lui avait été présentée pour réfuter « l’opinion scientifique émergente qui semble indiquer que le risque de transmission du virus par des personnes non vaccinées est presque égal à celui des personnes vaccinées ».

Le gouvernement indien a la possibilité d’imposer des restrictions aux droits, mais ces restrictions doivent répondre aux trois exigences suivantes : légalité, nécessité légitime et proportionnalité. Les mandats récents n’ont pas passé ce test.

En outre, selon la Cour, « les personnes qui tiennent à ne pas être vaccinées en raison de leurs convictions ou de leurs préférences personnelles peuvent éviter la vaccination, sans que personne ne les contraigne physiquement à se faire vacciner. »

Lundi, Yohan Tengra a participé à la 39e réunion de l’assemblée générale du Conseil mondial de la santé, au cours de laquelle il a fait part des derniers développements ainsi que de son implication directe dans la victoire grâce à son travail avec le Awaken India Movement.

Le Conseil mondial de la santé maintient qu’il est illégal et illicite pour quiconque de participer, directement ou indirectement, à ce programme expérimental de vaccination nuisible.

A lire également