Share this

Le Conseil mondial de la santé demande l’arrêt de l’utilisation des vaccins et des rappels Covid-19 chez les enfants en raison notamment du risque accru de myocardite.

Dans toutes les questions de soins, les avantages doivent être évalués par rapport aux risques. Étant donné qu’il n’y a pas d’urgence Covid-19 pour les enfants et que la plupart des enfants ont peu de risque de développer des symptômes graves de Covid-19 après avoir contracté le SRAS-CoV-2 pour commencer, le WCH demande instamment de ne pas les exposer aux effets indésirables très réels des injections expérimentales.

  • Une étude publiée le 6 décembre 2021 dans la revue Circulation de l’American Heart Association a porté sur 139 enfants <21 ans qui ont connu 140 épisodes suspects de myocardite. L’étude a révélé que des myocardites suspectes sont survenues chez 97,8 % des enfants après une injection d’ARNm, 94,2 % des épisodes suspectés après l’injection de Pfizer-BioNTech, et 91,4 % des épisodes sont survenus après la deuxième injection.
  • Une étude de l’Université d’Oxford a évalué l’association entre le vaccin Covid-19 et la myocardite chez plus de 42 millions de personnes âgées de 13 ans et plus. Un risque accru de myocardite a été constaté 1-28 jours après la troisième dose de l’injection dePfizer-BioNTech. Le risque accru a été observé principalement chez les hommes de moins de 40 ans.
  • Une étude publiée dans Nature Medicine le 14 décembre 2021 a révélé un risque plus élevé de myocardite à la suite de l’injection de Covid-19 de Moderna que d’attraper le virus lui-même chez les personnes de moins de 40 ans.
  • Une étude de Kaiser Permanente Northwest a révélé un risque de myopéricardite de ~1/1860 et ~1/2650 chez les hommes âgés de 18-24 ans et de 12-17 ans respectivement, après leur deuxième dose d’injection d’ARNm Covid-19.

La myocardite est une inflammation du muscle cardiaque et constitue une affection grave. La myopéricardite est une complication de la péricardite aiguë dans laquelle l’inflammation péricardique s’étend au myocarde. Le Conseil mondial de la santé n’est pas d’accord avec le nouveau point de discussion, désormais fréquemment utilisé, selon lequel la myocardite est une affection bénigne. Le cœur étant vital pour la vie et le muscle ne se régénérant pas, les lésions peuvent avoir des conséquences néfastes sur la vie, y compris une mort précoce.

Alors que l’Organisation mondiale de la santé a récemment déclaré qu’il n’existe aucune preuve que les enfants ont besoin de rappels de Covid-19, le WCH maintient qu’il n’existe aucune preuve que les enfants ont besoin d’injections de Covid-19 et que les preuves disponibles montrent qu’elles font plus de mal que de bien.

Quelques heures après que le comité consultatif sur les vaccins et les produits biologiques connexes de la Food and Drug Administration américaine ait recommandé à l’unanimité une injection de rappel deux mois après l’injection à dose unique de Johnson & Johnson aux personnes âgées de plus de 18 ans, le Dr Ofer Levy, membre du comité, a déclaré à CNBCEn ce qui concerne les groupes d’âge de plus en plus jeunes, ils sont de moins en moins exposés à un risque personnel de Covid sévère, et d’un autre côté, ils sont un peu plus exposés à cette maladie cardiaque inflammatoire avec le vaccin ARNm. Il s’agit donc d’une analyse risques-bénéfices, et c’est pourquoi vous voyez cette délibération. »

Le Dr Paul Offit, membre du comité consultatif sur les vaccins de la FDA et directeur du Vaccine Education Center de l’hôpital pour enfants de Philadelphie, a déclaré en octobre : « C’est toujours éprouvant pour les nerfs, je pense, lorsqu’on vous demande de prendre une décision pour des millions d’enfants sur la base d’études portant sur quelques milliers d’enfants seulement. » Les études de sécurité de phase 3 ont porté sur moins de 3 000 enfants.

La WCH soutient l’utilisation de traitements sûrs, efficaces et abordables pour le Covid-19, ainsi que de vaccins sûrs et efficaces, dont les injections expérimentales à base de gènes ne font pas partie.

Les enfants du monde sont l’avenir. Leur santé et leur bien-être doivent être préservés et faire l’objet d’une priorité.

Subscribe to World Council for Health’s newsletter to get up-to-date information about this

Support people-powered world health

A lire également